Un monument et un livre, céramique et féminisme

La céramique reprend pied dans le monde de l’art contemporain depuis quelques années en France. Un monument remarquable par son histoire et son esthétique témoigne de ce renouveau esquissé dans les années 1950, c’est la façade de l’internat du lycée marguerite de Navarre.
En 1944, les Françaises obtiennent le droit de vote…

1945, Yvonne Cordillot, féministe militante et directrice du lycée de jeunes filles de Bourges, initie un internat moderne construit par l’architecte Jacques Barge

1947, Jacqueline Bouvet et Jean Lerat, mariés en 1945, créent l’atelier JJLerat. Yvonne Cordillot conçoit un panthéon de 41 femmes remarquables pour orner le fronton de l’internat. JJ Lerat sont choisis pour réaliser cette œuvre en grès au titre de la loi du 1%. L’internat est inauguré en 1953.

2020, ce matrimoine est sorti de l’oubli par Anne Dressen, commissaire de l’exposition « Les flammes » au musée d’art moderne de Paris (15/10/2021 au 6/2/2022). Elle met en lumière la sororité de ce projet avec la création d’artistes contemporaines telles Elsa Sahal ou Judy Chicago.

Livre d’art de 164 pages relié à couverture toilée rigide (27,5x17,5cm). Graphisme de Julia Joffre de Bureau brut.
39€ TTC (France métropolitaine uniquement)

Céramiques contemporaines

Musée des Beaux-Arts de Lyon

commissaire de l’exposition : Salima Hellal.


Jusqu’au 27 février 2022.

Lyon, situé sur l’axe Saône, Rhône et méditerranée a un musée des Beaux-Arts tout à fait exceptionnel où la céramique a une place éminente. Dans les années trente à cinquante, deux femmes parmi une marée d’hommes ont donné une dimension artistique à ce média. 60 km au sud à Moly Sabata, Anne
Dangar, une des premières céramistes des débuts du XXème siècle en a été l’initiatrice grâce à l’appui d’Albert Gleizes. Elle a inspiré Jacqueline Bouvet (Lerat) qui s’est formée à Mâcon, 70km au nord.

Bernard Noël, poète-écrivain né le 19 novembre 1930 est décédé le 13 avril 2021. Il a écrit un texte fondamental pour les sculpteurs en général et les céramistes en particulier.

Ce poing (la composition est intitulée « hommage au modelage ») est un poing levé au milieu de la scène artistique.

Le four de Paul Beyer à La Borne

Photo Alain Lachapelle - 2010

Vie de l’atelier Talbot-Beyer-Lerat à La Borne

Assiettes par Marie David Gehin

Photo Lisa Deverycka

L’atelier historique de Jacqueline et Jean Lerat est  habité depuis 2020. Après des travaux pour le rendre agréable, le premier étage est loué par Marie David Gehin.

 

L'année Jacqueline et Jean LERAT 2018 va connaitre une dernière manifestation d'envergure avec la présentation d’œuvres peu connues ou récemment retrouvées. L'abbatiale de l'Abbaye de Fontevraud sera l'écrin de cette exposition.

Grace à Pierre David, le Directeur de la Fondation Albert Gleizes et Joêl Riff, le Commissaire de l'exposition " Glaise Rousse" qui se tient a Moly Sabata  (commune de Sablons, Isére) du 15 septembre au 28 octobre 2018 une présentation exceptionnelle a lieu au bord du Rhône dans un lieu mythiqie pour l'histoire de l'art du XXe siécle.

Jacqueline bouvet Lerat rencontre Jean Giono à l'occasion des rencontres du Contadour en 1938. Elle a 18 ans et elle sait qu'elle deviendra "artiste". Jean Giono va soutenir sa vocation de céramiste. Il est l'auteur d'une prophétie tout à fait incroyable à l'occasion d'une rencontre avec Jean Bouvet (le père de Jacqueline) le 21 septembre 1943 . Il écrit dans son "journal de l'occupation-Bibliothèque de la Pléïade, Gallimard":

"Or sa fille Jacqueline a un esprit si merveilleux qu'il lui a fait choisir un admirable mètier. Elle se passionne pour la poterie et vit actuellement avec les potiers du cöté de Bourges, à la façon des grands artistes de la Renaissance. Et je crois qu'elle est dans l'admirable vérité qui seule pourrait, si elle était comprise par un plus grand nombre, faire une Renaissance: de tout, de l'art aussi bien que de la vie. Elle vit une vie magnifique, faisant son métier de sa passion, chassant à la piste les secrets artisanaux, le mystère de l'émail, les bonnes fortunes, ou les mauvaises des fours à flammes (déjà elle a compris la préférence que l'on doit donner au four à bois sur le four électrique.). Et ceci est exactement le contraire de l'Industrie et du Commun. C'est probablement de l'Art et de l'Individualité."

Le 16 juin 2018,, nous avons cuit le four type "Sévres" construit par Jacqueline et Jean Lerat en 1954.

 

"Formes humaines" est une étape essentielle de l'année 2018 pour comprendre l'oeuvre de Jacqueline et Jean Lerat et son caractère innovant. Le commissaire de l'exposition a conçu une exposition où seul le face à face du spectateur et de l'oeuvre compte. Il faut entrer au coeur du "trésor" pour  s'asseoir et commencer une méditation avec chacune des oeuvres présentes.

Le livre qui accompagne la démarche est tout aussi peu bavard. Il se limite à une présentation de formes et des photos qui mettent en valeur la matière de la sculpture.

 

A l'occasion de la présentation de l'année "JJ Lerat 2018" , mon ami Michel Bertin, ex agronome statisticien reconverti dans l'aquarelle et la reliure, m'a rendu le livre de Paul Eluard "A  Pablo Picasoo" achevé d'imprimer le 18 décembre 1944 à Genéve.

Du 26 janvier au 17 mars 2018, Jean-Philippe Mercier  présente plus de 30 sculptures de Jacqueline et Jean Lerat.représentant 50 ans de création entre 1958 et 2005.

photo Girardi

Les trois poules de Jean Lerat créées dans les années 1960 investissent le 3, rue Dupont de l'Eure, siège de la Galerie Mercier.

Pages

S'abonner à Flux de la page d'accueil
Propulsé par Drupal